Paris insouciante, Paris ville Lumière, Paris et ses bouquinistes, ses badauds et ses grandes avenues. Paris où sous son ciel marchent les amoureux comme dirait Piaf. Paris et ses ponts où coulent la Seine. Paris qui s’éveille à 5h pour Dutronc. La liste est longue ! Paris cache bien ses trésors. Il y a ceux qui brillent et nous attirent dès que l’on foule les pavés, ceux pour qui on fait la queue et puis, il y a les plus secrets ! Ceux qu’on découvre par hasard, au coin d’une rue. Ceux plus si secrets que cela. Ceux dont on se donne l’adresse de bouche à oreille. Ceux dont on ne révèle l’existence qu’aux initiés… C’est tous ceux là dont on veut vous parler aujourd’hui. Alors suivez-nous, on vous propose de vivre 5 expériences pour découvrir le Paris secret, le Paris insolite. 

© Crédit photographique : Paris Tourist Office – Amélie Dupont

Retrouver votre âme d’enfant  

Manèges plus éblouissants les uns que les autres, costumes en tout genre, cabinets de curiosité mystérieux, tous ici sont rois. Il ne manque plus que l’odeur de barbe-à-papa pour que cette plongée en enfance ne soit complète ! Vous l’avez peut-être deviné, nous vous emmenons découvrir le monde de la fête foraine. Et pour cela quoi de mieux que d’aller au musée des Arts Forains ?

Créé par Jean-Paul Favand et après plusieurs « déménagements », le musée s’est installé depuis 1996 dans le quartier de Bercy. Véritable temple dédié à la mémoire des objets de la fête, avec ses collections et ses spectacles à la scénographie innovante, le musée des Arts Forains est une ode à l’enchantement où divertissement rime avec amusement ! Vous pourrez ainsi tester des manèges datant du XIXème siècle, jouer aux automates ou encore vous essayer à divers chamboule-tout.

Où ? 53 avenue des terroirs de France dans le XIIème arrondissement

Métro le plus proche : Cour Saint Émilion (ligne 12)

© Crédits photographiques : Musée des Arts Forains / Paris Tourist Office – Daniel Thierry

Rêver aux gladiateurs à Lutèce

« Ave César, respect et robustesse », c’est un peu avec cette réplique culte d’Astérix, Mission Cléopâtre que vous entrerez aux arènes de Lutèce (ancien nom de Paris). Car oui, Paris a des arènes. Avec les Thermes de Cluny, les Arènes constituent l’un des deux seuls vestiges de la période gallo-romaine encore visitables à l’heure actuelle. Édifiée entre le Ier et le IIème siècle, l’enceinte pouvait alors accueillir jusqu’à 15 000 spectateurs ! Imaginez les citoyens en toge et tunique encourager les gladiateurs qui s’affrontent ou encore écoutez les fauves rugir derrière les grillages. L’expression « du pain et des jeux » prend vraiment tout son sens.

Mais n’ayez aucune crainte, les grilles ne gardent plus ni lions affamés ni tigres mais servent désormais d’entrepôt aux chaises de jardin. Le site a d’ailleurs bien failli disparaître au XIXème siècle et être remplacé par un garage à bus. Mais grâce à l’intervention de Victor Hugo et de quelques uns de ses contemporains, le projet n’a pas abouti et nous pouvons encore à l’heure actuelle contempler ce site, classé aux Monuments Historiques.

Où : 49 rue Monge dans le Vème arrondissement

Métro le plus proche : Cardinal Lemoine (ligne 10) ou Place Monge (ligne 7)

© Crédit photographique : Arènes de Lutèce / Paris Tourist Office – Marc Bertrand

Asterix GIF - Find & Share on GIPHY

Conseil, n’oubliez pas votre potion magique pour vaincre les Romains !

Se perdre dans les passages de Paris

Tracés au milieu des immeubles au XIXème siècle, époque où l’espace était limité à Paris, les passages couverts avaient pour objectif de protéger les passants des intempéries tout en leur permettant de faire leurs achats. Mais avec la restructuration de Paris par Haussmann, on a dit adieu aux passages couverts et bonjour aux grandes avenues ! Malgré cela, on peut toujours flâner et même se perdre dans ces passages pour une petite parenthèse à la découverte de cette curiosité architecturale ! 

On vous suggère quelques passages, chacun ayant sa spécificité. À vous d’en trouver d’autres !

© Crédit photographique : Paris Tourist Office – Marc Bertrand

Passage Brady, surnommé aussi Little India pour ses commerces indo-pakistanais, mauriciens et réunionnais

Où : 46 rue du Faubourg Saint-Denis dans le Xème arrondissement

© Crédit photographique : Paris Tourist Office – Marc Bertrand

Passage des panoramas, un des plus anciens passages de la ville datant de 1779

Où : 11 boulevard Montmartre dans le IIème arrondissement

© Crédit photographique : Paris Tourist Office – Sarah Sergent

Passage du Grand Cerf pour sa structure en fer forgé haute de 12 mètres

Où : 145 rue Saint-Denis dans le IIème arrondissement

© Crédit photographique : Flickr – Luc Legay

Passage Verdeau pour ses antiquaires 

Où : 6 rue de la Grange-Batelière dans le IXème arrondissement

S’initier à l’art urbain

Qui dit XIIIème arrondissement, dit quartier chinois. Mais, ce quartier accueille aussi depuis 2009 un parcours d’art urbain avec l’intention d’en faire le plus grand musée de street art à ciel ouvert. Des artistes d’envergure internationale, tels que OBEY ou (cocorico) C215, ont ainsi posé leur pochoirs, pinceaux, bombes de peinture et autre pour embellir les immeubles avec pas moins de 37 fresques. 

Alors, levez un peu la tête et ouvrez bien vos yeux ! 

Liste (non exhaustive) des œuvres, classées par artiste : 

  • Alapinta / 50 rue Jeanne d’Arc
  • Bom.K / 124 boulevard Vincent Auriol
  • BTOY / 3 rue Esquirol
  • Conor Harrington / 85 boulevard Vincent Auriol
  • C215 / 141 boulevard Vincent Auriol
  • D*Face / 10 Place Pinel
  • David de la Mano / 3 rue Jenner
  • Ethos / Stade Carpentier / 81 boulevard Masséna
  • Faile / 110 rue Jeanne d’Arc
  • Gerada / 47 rue Nationale et Place Pinel
  • Herakut / 24 rue René Goscinny
  • Inti / 13 rue Lahire; 129 avenue d’Italie et 80 boulevard Vincent Auriol
  • Invader / Hôpital Universitaire Pitié-Salpêtrière et 122 Boulevard Vincent Auriol
  • Jace / 59 rue du Moulinet
  • Jana & Js / 110 rue Jeanne d’Arc
  • M-City / 122 boulevard de l’Hôpital
  • Maye / 131 boulevard Vincent Auriol
  • OBEY / 60 et 93 rue Jeanne d’Arc et 186 rue Nationale
  • Okuda / 5-7 place de Vénétie 
  • Pantónio / croisement boulevard Vincent Auriol et rue Jenner ; croisement de l’avenue de Choisy et Place de Vénétie
  • Reka / Rue du Chevaleret 
  • Roa / Ascenseur / Rue Marguerite Duras
  • Sainer / 13 avenue de la Porte d’Italie
  • Seth / 110 rue Jeanne d’Arc et 2 rue Emile Deslandres
  • Seth et Kislow / 29 rue des Cordelières
  • Stew / Place de la Vénétie
  • Strok / 20 rue de la Glacière
  • Tristan Eaton / 47-83 Boulevard de l’Hôpital 
  • Vhils / 173 rue du Château des Rentiers

View this post on Instagram

L'âge d'Or, rue du docteur Magnan, 75013 Paris

A post shared by C215 (@christianguemy) on

Marcher dans les pas d’Amélie Poulain

Pour certains, ce film est une déclaration d’amour à Paris et ils le connaissent par cœur ! D’autres en revanche ne l’ont toujours pas regardé … (juste ciel, comment cela est-il possible ? Vous êtes nés après 2001 !?) On veut bien sûr parler du chef d’œuvre de Jean-Pierre Jeunet avec la magnifique Audrey Tautou, on a nommé Le fabuleux destin d’Amélie Poulain.

Pendant 129 minutes, Jean-Pierre Jeunet dresse le portrait d’un Paris mythique, insouciant, peut-être idéalisé, mais d’un Paris que l’on aime ! Alors pour retrouver cet esprit, on vous propose une petite balade dans les IXème, Xème et XVIIIème arrondissements de Paris.

Pour commencer, direction le Canal Saint-Martin. Si l’envie vous prend de faire des ricochets comme Amélie, il faudra rejoindre le pont-écluse permettant le passage de la rue Bichat au quai de Valmy. C’est aussi un agréable parcours pour les amoureux de marche citadine.

© Crédit photographique : Shutterstock – Zefart

De là, vous rejoignez le Square Louise Michel avec ses magnifiques vues sur le Sacré-Cœur. Ne manquez pas de monter à son sommet pour profiter de l’une des plus belles vues de Paris. Pour les plus petits ou les grands enfants, un tour de carrousel s’impose.

Il est ensuite temps de se faire tirer le portrait. Ce n’est pas le photomaton du film mais il est tout aussi vintage ! Pour immortaliser votre plus beau sourire, c’est au 53 rue des Trois Frères qu’il faut se rendre. Tout cela vous a donné soif ? Alors pourquoi ne pas aller boire un petit café au comptoir du Café des 2 Moulins ? Cette brasserie typiquement parisienne propose aussi pour les petites faims croque-monsieur ou crème brulée, la fameuse dont raffole Amélie.

Cette balade touche à sa fin, il vous faut reprendre le métro.

Le temps du chemin pour rejoindre la station Lamarck vous pourrez repenser à cette tirade d’Amélie :

Alors tout cela vous a donné envie de découvrir Paris ? 

felis dapibus dolor. et, mattis quis commodo amet, dolor