Il ne fait aucun doute que le Costa Rica est réputé pour sa production de café très qualitative. Il est actuellement le 14ème plus gros producteur mondial de café devant la Côte d’Ivoire. Et depuis le début du XIXème siècle, le café produit plus de richesses pour le Costa Rica que le tabac, le cacao et le sucre. On peut donc comprendre que ce pays soit si fier de sa graine d’or. Découvrir ses origines, ses modes de production et ses arômes est une belle manière d’explorer le Costa Rica.

Crédit photo : © Pixabay

Petit historique pour tout savoir sur le café

Retour aux sources du café

Le café fait partie intégrante de l’histoire du Costa Rica, car il a grandement contribué à son développement économique et culturel. Ce n’est pourtant pas sur le continent américain mais sur le continent africain, en Ethiopie, qu’est bu du café pour la première fois au XIIème siècle. Cette boisson sera ensuite développée par les Arabes notamment au Proche Orient et sur la péninsule arabique. À la fin du XVème siècle, la culture du caféier se développe à Moka. La boisson est introduite par les marchands vénitiens, puis les premiers plants arrivent en Europe en 1710.

En effet, les marchands hollandais se sont lancés dans la course en vue de commercialiser ce précieux breuvage. En 1658, ils arrivent à dérober des plants de café et les replantent dans leurs colonies en Indonésie, puis au Surinam. Grâce à deux plants de cafés offerts par les Hollandais, la France plante ses premiers caféiers en Guyane puis aux Antilles et devient rapidement le premier producteur de café. Par la suite, les caféiers sont introduits en Amérique centrale et en Amérique du Sud, leur culture étant développée par les colons espagnols et portugais. Enfin, au XIXème siècle, la culture du café est étendue à toute l’Amérique centrale.

Le café est essentiellement produit par des pays situés entre les tropiques et ses principaux importateurs sont les Etats-Unis, la France, l’Allemagne et le Japon. La Suède et la Finlande font parti des plus gros consommateurs de café au monde.

Il s’agit de la seconde boisson la plus consommée au monde juste après l’eau alors on comprend que son commerce soit devenu un enjeu majeur pour les pays qui le cultivent.

L’impact économique du café au Costa Rica

Crédit photo : © Volcan Irazú / Pixabay – Michal Dziekonski

En donnant le qualificatif de « côte riche » aux terres découvertes lors de son quatrième voyage en Amérique en 1502, Christophe Colomb ne savait pas en effet qu’il avait vu juste ! La « graine d’or » allait permettre au Costa Rica un formidable développement économique et social.
C’est en 1821, lorsqu’est déclarée l’indépendance du Costa Rica, que le gouvernement prend conscience de l’engouement international pour les arômes riches du café et de son intérêt économique.
Juan Fernandez, premier président du Costa Rica de 1825 à 1833, distribue alors aux agriculteurs les terres près du volcan Irazú par lopins d’un hectare contre la promesse que le café y soit cultivé. Ainsi le café est produit et vendu par chaque famille de manière égale et libre, l’esclavage ayant été aboli en 1824 au Costa Rica. Le développement de cette agriculture favorise l’insertion sociale de tous les travailleurs et la croissance d’une économie locale bénéfique à l’ensemble de la population.
Rapidement le café devient la source principale de richesses pour le pays, devant le cacao, le tabac et le sucre. Les impôts issus du café permettent de subventionner des infrastructures publiques.
On observe le développement de routes dans la vallée afin de transporter le café vers les ports de la côte où des cargos l’acheminent jusqu’en Europe. En 1890 est construit le fameux Ferrocarril al Atlántico, le chemin de fer qui permet de connecter l’intérieur des terres à la côte Atlantique.

L’essor du café permet par ailleurs de financer les études en Europe de cette nouvelle bourgeoisie et la création d’édifices culturels majeurs comme le Théâtre National de San José.
Ce bâtiment Belle Epoque construit en 1897 vaut le coup d’œil, notamment pour toutes ses fresques représentant des scènes de vie de l’époque. L’Etat et les barons du café souhaitaient en faire le symbole de cet âge d’or du café et pour cela importèrent à grands frais du fer, des bois précieux de la province d’Alajuela, du marbre de Carrare, et de l’or et des verres de France.
Petit bonus, il est possible de déguster une bonne tasse de café produit au Costa Rica, dans le Théâtre National même, au Alma de Café, reconnu comme l’un des meilleurs coffee shop au monde.

Crédit photo : © Théâtre National de San José / Pixabay

 On trouve également, en face de la Poste de San José, le monument de Juan Rafael Morra Porras, autre grande figure du milieu caféier. Ce producteur de café devient Président de la République de 1849 à 1859 et s’illustre lors de la Campagne nationale du Costa Rica de 1856 à 1857, évènement déterminant pour l’identité nationale du Costa Rica. Le monument représente sur ses quatre faces : le travail des cultivateurs de café, la campagne nationale, une femme symbolisant les sciences et un homme symbolisant la liberté. 

Crédit photo : © Portrait de Juan Rafael Mora Porras / Wikipedia

Comment pousse le caféier et comment produit-on le café au Costa Rica ?

La cordillère centrale : berceau du café au Costa Rica

Crédit photo : © Caféier / AlterRUMBO

Le café est issu d’un arbuste à feuilles persistantes appelé caféier. Cet arbuste pousse en haute altitude dans un climat chaud et humide. Les sols volcaniques en altitude, les températures chaudes en journée et plus basses la nuit du Costa Rica sont particulièrement propices pour le développement de cette culture. 

On fait souvent pousser de grands arbres à proximité afin de le protéger des brûlures du soleil. 

Au Costa Rica, il est principalement cultivé dans la cordillère centrale, dans trois zones différentes : plateau central, versant atlantique, versant pacifique.

Les étapes de la production du café

Après la saison des pluies, ou temporada verde, ayant lieu de mai à novembre, les baies de café poussent et mûrissent en passant du vert au rouge. Elles sont alors récoltées à la main pour en extraire deux noyaux qui, une fois nettoyés et transformés, donnent les grains de café que nous connaissons. 

Crédit photo : © Cerises de café avant la cueillette / Pixabay

Les baies de café sont d’abord plongées dans un grand réservoir d’eau pour éliminer celles qui flottent car elles sont creuses. La pulpe est ensuite séparée des deux noyaux qui sont plongés à nouveau dans l’eau. Ils y fermentent pendant 24h à 48h afin que le mucilage (enveloppe) se retire. 

Crédit photo : © Séparation des graines de café / Pixabay – LynLat

Les grains sont lavés et séchés au soleil, puis ils sont décortiqués afin d’en enlever la parche. Après avoir été triés mécaniquement puis à la main, ils sont enfin prêts à être torréfiés. 

Crédit photo : © Grains de café séchés au soleil / Pixabay

Crédit photo : © 1: sillon central ; 2: grain de café ; 3: peau du grain ; 4: parche ;  5: couche de pectine; 6: pulpe ;  7 : peau du fruit / Wikipedia – Y tambe ;  Chabacano

Crédit photo : © Torréfaction mécanique / Pixabay

Nos conseils pour savourer le café du Costa Rica

Les différentes qualités et saveurs du café

Il existe plusieurs variétés de café, comme l’arabica et le robusta. 

r : robusta, m : robusta et arabica, a : arabica (répartition valable en 2019) Crédit photo : © Wikipedia

Le robusta étant une espèce amère difficilement consommable pure, le gouvernement costaricain interdit sa culture à partir des années 70. Le Costa Rica cultive donc aujourd’hui uniquement de l’arabica, de sept variétés différentes : « Caturra », « Bourbon », « Catuai », « Villa Lobos », « Villa Sarchi », « Gesha » et « SL-28 ». 

Le CIRAD (Centre de Coopération Internationale en Recherche Agronomique) et l’ICAFÉ (Instituto del café de Costa Rica) travaillent conjointement à l’amélioration des variétés de café.

Et comme pour le vin et le thé, les goûts du café peuvent varier en fonction de l’espèce et de la variété cultivée, les « cultivars », de l’origine des grains, les « crus », de la qualité de leur transformation, et des assemblages créés, les « blends ».

Les régions de production du café au Costa Rica proposent différentes saveurs :

  • Le Tarrazú propose un café lourd, aux notes de chocolat, d’orange et de vanille, idéal pour le matin.
  • Le Brunca aux arômes d’agrumes est plus doux.
  • La Vallée Centrale propose un café équilibré aux arômes de chocolat, de fruits et de miel.
  • Le Tres Ríos se distingue par une acidité équilibrée aux notes de piment et d’orange. 

Des ateliers de dégustation et des coffee tours peuvent vous permettre de découvrir ces terroirs et ces saveurs. Vous pourrez entre autres, visiter une finca (une plantation) et un beneficio (un moulin). N’hésitez pas à nous demander de l’incorporer dans votre voyage au Costa Rica. 

Nos coups de coeur à San José : les meilleures adresses pour boire un café

L’impact du café sur l’essor du Costa Rica est indéniable mais le meilleur moyen de le découvrir est encore de savourer une bonne tasse de café préparé par un barista. De nombreux cafés à San José proposent sa dégustation et sauront le préparer suivant votre méthode de prédilection : presse française, Chemex, Kalita, un dripper à fond plat, ou encore chorreador, une méthode locale employant un socle en bois percé et un filtre. 

Crédit photo : © Presse française / Pixabay

Crédit photo : © Chemex / Pixabay

Crédit photo : © Kalita / Pixabay

Pour cela, voici nos trois adresses coup de cœur pour goûter du café à San José :

Crédit photo : © Cafeoteca

Cafeoteca

Calle 31 – Barrio Escalante

Ce café à l’ambiance jeune et industrielle sert 23 variétés de café issues de toutes les régions de production du Costa Rica. Il propose de nombreuses méthodes de préparation comme la presse française, la Chemex, l’AeroPress, le V60, et la Kalita. Ils proposent également des pâtisseries pour accompagner votre tasse de café. Enfin, en plus de se trouver dans un joli quartier à visiter, ce café soutient des artistes locaux dont vous pourrez ramener des œuvres en souvenirs.

Crédit photo : © Cafe La Mancha

Café La Mancha

Calle 1 – Edifico Steinvorth

Le café de la Mancha est à la fois un coffee shop et une galerie d’art (son propriétaire est d’ailleurs photographe). Ce café sert sa propre marque de café local et organise régulièrement des ateliers pour apprendre à préparer son café suivant différentes méthodes. Vous pourrez également commander des pâtisseries et des smoothies de fruits frais.

Crédit photo : © Cafe Miel

Café Miel Costa Rica

Avenida 9 – Casa Amarilla

Une très jolie cafétéria à l’ambiance douce qui propose de bons cafés et de fabuleux desserts pour les accompagner. Vous pourrez notamment commander, dans des mason jars tendance, des cafés glacés très élaborés assortis d’une montagne de glace, de chantilly et/ou de cookies pour les plus gourmands ! 

Et pour le déguster chez vous !

En attendant votre voyage au Costa Rica, vous pouvez commander du café produit au Costa Rica depuis des sites de qualité qui sauront vous recommander les bons grains en fonction de vos goûts. 

Quelques conseils avant de passer commande : 

– L’appellation bajo sombra est réservée aux cafés cultivés à l’ombre et dont les plants grandissent plus lentement ; ils sont réputés pour fournir le café le plus parfumé. 

– Si vous recherchez du café produit et transformé de manière biologique, la mention orgánico ou « USDA organic » apparaitra sur le paquet. 

– Pour rappel, le café conserve mieux ses arômes si vous l’achetez en grains afin de le moudre juste avant consommation. 

Il ne vous restera plus qu’à vous installer confortablement pour déguster une bonne tasse de café chaud tout en lisant par exemple Le maître du café de Massimo Pietrangeni, au son des Los Brillanticos, groupe phare des années 80 au Costa Rica :

in nunc massa mattis commodo adipiscing dictum dolor id,