Skip to main content

La terre est ocre, rocailleuse, parsemée ici et là de quelques touffes d’herbes basses. Le ciel est d’un bleu limpide, pas un nuage à l’horizon. Un soleil de plomb domine les différentes montagnes. Il n’y a pas âme qui vive dans les alentours. C’est un véritable no man’s land.
Il ne manque plus que la musique de Sergio Leone et le bruit des bottes de Clint Eastwood pour se croire dans un film de western spaghetti ! Car ce sont ces paysages de far-west américain qui vous attendent dans le désert de Bardenas, l’un des déserts le plus spectaculaire d’Europe ! Ouvrez bien vos yeux car vous allez en prendre plein la vue ! C’est parti : on vous donne toutes les astuces pour profiter pleinement du désert de Bardenas.

Un désert pour quatre zones bien distinctes

Où se trouve le désert de Bardenas ?

Le désert de Bardenas se trouve au nord de l’Espagne plus exactement en Navarre, à la frontière avec l’Aragon. 

Il se compose de quatre parties : la Blanca Baja, El Plano, la Blanca Alta et la Plana de la Negra. Chacune se distinguant des autres par des paysages spécifiques.

La Blanca Baja

La Blanca Baja est sans conteste la zone la plus emblématique du désert, mais c’est aussi la plus « touristique ». Avec ces faux-airs d’ouest américain et ses paysages à couper le souffle, c’est LA carte postale. On comprend aisément pourquoi les producteurs de Game of Thrones ont choisi ce lieu pour décor de la saison 1. Mais, rassurez-vous : vous ne serez pas submergés par les cars de touristes. Il s’agit simplement de la zone la plus fréquentée comparée aux autres.

Cette zone est la plus facile d’accès : une route asphaltée puis caillouteuse permet d’en faire le tour en 1h30-2h. Commencez par un arrêt au Centre d’information pour récupérer une carte, à garder précieusement. Ce sera votre sésame pour découvrir en profondeur le désert. 

Pour une première découverte, je vous conseille de prendre la route asphaltée du parc, en rouge sur la carte, ne prenez pas la première à gauche. Vous tomberiez dans ce cas, directement sur la cerise sur le gâteau – Casteldetierra – et risqueriez d’être déçu par la suite des paysages. 

À la caserne militaire, tournez à droite… Quoi ? Une caserne militaire, mais que vient-elle faire ici ? Et bien, sachez que l’itinéraire pour explorer la Blanca Baja contourne ce qu’on appelle le « Polygone de tir ». Il s’agit d’une zone militaire où sont réalisés différents tirs d’exercice. On ferme la parenthèse militaire pour rejoindre El Rallón. Cette zone abrite de nombreux rapaces. Hors période de nidification, vous aurez la possibilité de vous rapprocher d’un peu plus près afin de mieux observer ces rois du ciel grâce à un sentier pédestre. La route se poursuit pour rejoindre Casteldetierra. Vous ne pourrez qu’être subjugués par ce trésor géologique dû à des milliers d’années d’érosion et au cierzo. Ce vent froid et sec de la Vallée de l’Èbre se caractérise par ses fortes rafales pouvant aller jusqu’à 100 km/h. Un court chemin pédestre vous permettra presque de toucher du doigt ce chateau de pierres ! 

El Plano

Je vous propose de continuer votre exploration en faisant un petit détour au nord-ouest par El Plano. En venant de Cadreita, prenez la route N-121 en direction de Caparroso. Tout au long de la route, le champs d’éoliennes vous rappellera les aventures des moulins à vent de Don Quichotte. 

De là, vous rejoignez le barrage du Ferial, où se trouve l’un des plus grands lacs de retenue du Désert des Bardenas Reales ! Quittez cette petite oasis pour atteindre l’ermitage de Nuestra Señora del Yugo. Un parcours en hauteur a été créé pour vous permettre d’admirer le paysage à 360°.

La Blanca Alta

Après avoir admiré les montagnes arides de la Blanca Baja et l’oasis d’El Plano, direction la Blanca Alta au nord-est. Pour vous y rendre, vous avez deux possibilités, tout dépend de votre condition physique.

Pour les aficionados de la marche, commencez par la boucle du Polygone de tir. De là, la route caillouteuse se poursuit jusqu’à Pisquerra. Une randonnée est possible pour admirer ces paysages fantasmagoriques. À noter : la zone Pisquerra-Rallon-Ralla est interdite, même aux marcheurs, du mois de février au mois de septembre. C’est à cette période que les rapaces nidifient. Avant d’effectuer cette randonnée, je vous recommande fortement de vérifier les conditions météorologiques. En cas de pluie, le terrain est impraticable. Le sol d’argile devient glissant et dangereux. Après cette randonnée, reprenez la voiture et continuez votre chemin jusqu’à El Paso. Là, les paysages se transforment : la terre aride laisse place à des champs agricoles presque trop verdoyants pour la région. 

L’autre solution est d’accéder au parc par Carcastillo ou bien Figarol. Vous arrivez « directement » dans les « champs ». Cette option, à faire en début d’après-midi, vous permettra de finir par la boucle de la Blanca Baja avec un superbe coucher de soleil. 

La Plana de la Negra

Votre découverte du désert de Bardenas ne pourrait être complète sans finir par Plana de la Negra. Ses grandes plaines formées de calcaire, ses talus recouverts de pins et sa terre foncée sont  à l’origine du nom de cette zone. Cette dernière s’explore en trois temps. 

Je vous conseille de débuter par la partie sud en arrivant par la ville de Buñuel. Il vous faudra une petite demi-heure de route pour rejoindre le début de la randonnée pour Peña del Fraile. Cet itinéraire de 4 km en montée offre un magnifique panorama. Au sommet, vous aurez l’occasion d’admirer une tour médiévale. 

Il vous faudra ensuite faire demi-tour. En effet, un itinéraire permet de traverser la réserve naturelle Caidas de la Negra, mais il n’est accessible QUE pour les cyclistes ! Vous devrez dont reprendre la route  en direction de Tauste pour explorer le deuxième segment de Plana de la Negra en commençant par le Sanctuaire de Sancho Abarca. La route longe la frontière entre la Navarre et l’Aragon. Ici, on est à plus de 600 mètres au-dessus de la mer. Côté conducteur, les cultures se succèdent les unes après les autres. Côté passager, vous pourrez admirer les plaines aragonaises du haut des ravins d’où vous êtes. Le parcours rejoint ensuite la route principale du parc. Votre véhicule sera heureux de retrouver l’asphalte le temps de quelques instants ! 

Tournez à gauche en direction de Fustiñana. Il s’agit là du dernier segment pour découvrir la Bardena Negra. En cours de route, faites une halte à Portimayor, d’où vous pourrez contempler les diverses montagnes de la Bardena Negra.

Pour les fans d’Histoire, un petit historique des lieux 

Pour comprendre l’histoire du désert de Bardenas, il faut l’intégrer dans l’Histoire de la région : 

Les conseils pratiques pour découvrir le Désert de Bardenas Reales

Quand y aller et combien de temps ? 

Le parc naturel du Désert de Bardenas est ouvert toute l’année de 8h à une heure avant le coucher du soleil. 

La meilleure période pour le découvrir est selon moi les mois de juin et de septembre car les températures sont relativement plus clémentes.

Bien que le temps puisse s’avérer nuageux au printemps (avril et mai), vous pouvez profiter d’un week-end prolongé pour une escapade en Espagne hors des sentiers battus. 

Les mois de juillet et d’août sont les plus chauds : il peut faire jusqu’à 40° et les zones d’ombre sont rares. Les fins de journée sont souvent l’occasion d’admirer des orages accompagnés d’éclairs : un spectacle saisissant !

Dans tous les cas, quelle que soit la période à laquelle vous partez, pensez toujours à consulter la météo, surtout avant d’entamer une randonnée. 

Pour profiter pleinement du parc, je vous conseille de consacrer 4 – 5 jours sur place. 

Comment y aller ? 

Au départ de la France, l’aéroport le plus proche du Désert de Bardenas est celui de Bilbao. De là, il vous faudra un véhicule de location, il faut compter environ 3h de route. 

Si vous venez directement avec votre véhicule, comptez 6h30 au départ de Toulouse en passant par les Pyrénées. Ce sera l’occasion parfaite pour découvrir d’autres trésors cachés comme Ainsa ou bien le Parc national d’Ordesa. 

Les activités à faire

Le désert des Bardenas c’est 42 000 hectares. Autant dire que ce n’est pas l’espace qui va vous manquer ! Plusieurs possibilités s’offrent à vous : le VTT, la  randonnée, la voiture ou le buggy. 

VTT

9 itinéraires (en pointillés roses sur la carte) ont été mis en place par les autorités du parc. Vous reconnaitrez les sentiers pour cyclistes grâce à ce panneau à droite.

Si vous venez avec votre propre vélo, n’oubliez pas casque, gants, lunettes, eau et crème solaire !  Pour ceux qui souhaitent louer directement sur place, il faudra vous rendre à Arguedas, la porte d’entrée principale du parc. 

À pied

3 itinéraires pédestres sont balisés : Casteldetierra, Pisquerra et Peña del Fraile.
Il s’agit des itinéraires balisés. Mais à pied, vous avez accès à l’ensemble du parc.

Seuls les chemins mentionnés par un panneau « Prohibido » (« interdits d’accès ») le sont. Il en va de même pour les champs agricoles.

Casteldetierra

Pisquerra

Peña del Fraile

Itinéraires pour les véhicules à moteur

La circulation des véhicules à moteur n’est autorisée que sur les chemins signalés par ce panneau, placé sur une borne en pierre à chaque croisement :

Dans le désert de Bardenas, la vitesse est limitée à 40 km/h et vous comprendrez très vite pourquoi ! Les routes principales (en rouge sur la carte) sont asphaltées et très bien entretenues. En revanche dans le parc, vous aurez davantage l’occasion de rouler sur des chemins de terre avec cailloux. Attention aux nids-de-poule et aux rochers. Un véhicule avec un bas de caisse surélevé est largement conseillé. 

En buggy 

Pour découvrir autrement le parc, je vous recommande le buggy, cela a été MON coup de ❤️ ! Différents itinéraires thématiques de 1 à 5h sont proposés.

J’ai testé le tour de 5h en plein cœur du Désert de Bardenas. L’itinéraire débute dans les rizières ! Oui, vous avez bien lu, il y a des rizières autour du désert de Bardenas. Le climat et la proximité de l’Èbre sont propices à la culture de riz. Franky, mon guide, m’a ensuite fait découvrir ses lieux préférés du parc à mi-chemin entre la Blanca Baja et la Bardena Negra : les paysages y sont époustouflants ! Le tour se termine par l’incontournable boucle du Polygone de tir avec Casteldetierra. 

Cette activité est une belle première approche et permet de se familiariser avec le parc pour ensuite mieux l’explorer en randonnée.  

Que faire aux alentours du parc ?

Le parc Senda Viva 

Vos enfants (et vous aussi d’ailleurs !) ont été émerveillés par les paysages du désert, mais il leur a manqué les animaux. Pour remédier à cela, direction le Parc Senda Viva. Situé à 15′ à peine de la partie Blanca Baja, le parc Senda Viva abrite plus de 800 animaux de 200 espèces différentes repartis sur 9 sentiers. 

Une trentaine d’attractions sont également disponibles. Au programme pour ceux qui souhaitent se divertir : un petit-train, du tubing, de la tyrolienne, des jeux de sensibilisation à l’environnement, mais aussi du pédalo et bien plus encore ! Vous aurez l’embarras du choix. 

Tuleda

À 30 km du désert de Bardenas, au sud-est, vous trouverez la ville de Tudela : 2ème ville la plus densément peuplée de Navarre après Pampelune, la capitale.

En plus des nombreux restaurants, hôtels et boutiques, la ville mérite que l’on s’y attarde, surtout si vous aimez le street-art. 

Pour embellir les vieux bâtiments dégradés de la ville, la mairie a eu l’idée de créer un festival dédié au street-art, et c’est ainsi qu’est né le festival « AVANT-GARDE TUDELA ».

Des artistes internationaux se mobilisent pour réinventer la ville : leur créativité urbaine sans limite s’inscrit parfaitement dans la géométrie et la morphologie de Tudela et de nouveaux liens se créent entre les habitants et les espaces jadis abandonnés. 

Forte de son succès, la mairie a renouvelé l’exercice et a mis en place un parcours pédestre pour admirer les œuvres de SIXEART, SUSO 33, C215, RIPO, Ron English ou encore celles Jorge Rodríguez-Gerada pour ne citer que ces artistes. 

J’ai particulièrement aimé cette promenade pédestre : on s’imagine une ville sans grand intérêt touristique et pourtant de vrais trésors picturaux s’y cachent ! Je vous recommande chaudement la visite, surtout pour les familles avec adolescents. 

Olite

En quittant le désert de Bardenas par le nord, vous trouverez sur votre route la ville d’Olite. Réputée pour son patrimoine historique où les Romains comme les Goths laissèrent des traces, la ville d’Olite se distingue par son Palais Royal : l’une des enceintes historiques les plus importantes de la région. 

Le site se divise en trois parties : le Vieux Palais (transformé en parador), les ruines de la Chapelle Saint Georges et le Nouveau Palais, qui est la partie visitable du monument. 

On doit cette construction à Charles III dit le Noble, d’origine française et plus connu pour son amour de la culture et du luxe que pour ses campagnes militaires. « Son » Palais en est un parfait témoignage et était l’un des plus luxueux de son époque. Au XVIème siècle, le Palais n’est plus qu’utilisé comme résidence des vices-rois et gouverneurs. Il se détériore et perd toute sa décoration chatoyante. La Guerre d’Indépendance de 1813 marque un tournant tragique dans l’histoire du  Palais : le général navarrais Espoz y Mina met le feu à la structure pour empêcher les troupes françaises de prendre position à l’intérieur. Ce n’est qu’en 1937 que des travaux de restauration sont mis en œuvre. Il faudra plus de 30 ans de travaux pour nous permettre d’admirer de nouveau ce bâtiment historique de la ville. 

La visite peut se faire de manière libre à l’aide d’un dépliant explicatif. Un audio-guide payant est également disponible pour en apprendre davantage. Des visites guidées à horaires fixes sont aussi proposées pour ceux qui le souhaitent. 

Vous aussi vous avez envie d’être émerveillé ?! Pour créer votre voyage sur-mesure au Désert de Bardenas, c’est par ici :